Courrier - 2ème trimestre 2010

- M. Jean-Pierre Boissavit nous adresse une information nouvelle sur le crâne de Cro-Magnon I (Le Figaro, 9 mars 2010). C’est un crâne très connu, car il est particulièrement bien conservé et il a fait l’objet de nombreuses études externes depuis sa découverte aux Eyzies en 1868. L’imagerie médicale vient d’en permettre une exploration interne non destructive. À partir des images 3D obtenues, le Musée de l’Homme a décidé de faire réaliser un moulage de l’endocrâne. -

Le Dr Gilles Delluc (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) nous informe qu’« une délégation arménienne et la municipalité de Saint-Chamassy ont rendu hommage au vice-amiral Louis Dartige du Fournet, le 5 mai dernier, avec la pose au cimetière, d’une plaque et d’une sculpture de marbre blanc marqué d’une croix rouge, oeuvre du sculpteur libanais Boghos Agassi (fi g. 1), en souvenir du sauvetage des Arméniens du mont Mussa en 1915. Dans la région du massif du Mussa Ler (mont Moïse), dans l’ancien royaume de la Petite Arménie, les Ottomans avaient commencé à harceler les Arméniens. Le 5 septembre 1915, les Arméniens réussirent à attirer l’attention d’un bateau français, le croiseur Guichen, sur la côte nord de la Syrie, avec un drap blanc marqué d’une croix rouge. L’amiral Dartige du Fournet sollicita des instructions auprès de l’état-major. Sans réponse précise, c’est fi nalement sous sa responsabilité que, les 12 et 13 septembre, 4 080 Arméniens furent embarqués sur la Foudre, le D’Estrées, le Guichen, l’Amiral Charner et le Desaix. Les marins français de la 3e escadre donnèrent le meilleur d’euxmêmes pour réussir cette évacuation. direction Port-Saïd, en Égypte, où les rescapés furent accueillis, gardant toutefois le nom de Mussalertsi (enfants du mont Mussa). Leurs 50 000 descendants sont nombreux aujourd’hui au Liban. Cette évacuation d’une majorité de femmes, enfants et vieillards a été possible grâce aux bombardements du Desaix et du Guichen, qui ont agi sur le moral des troupes ottomanes. Les Arméniens en général et les Mussalertsi en particulier ont remué ciel et terre pour retrouver le lieu d’inhumation de Dartige du Fournet, « ressuscité dans un précieux bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord », comme l’écrit Alain Bernard, dans Sud Ouest, 4 mai 2010. La municipalité avait été informée de cette publication par notre collègue Régis Alix et, effectivement, Wikipedia indiquait : « Tombe à Saint- Chamassy (Dordogne) (Delluc, BSHAP, 2007) ». Voir BSHAP, 2007, p. 321- 326. Plusieurs de nos collègues ont assisté à la cérémonie, dont notre président et, bien entendu, Mme Jeanne de La Batut, parente de l’amiral.

- À la suite de la publication sur la locomotive Forquenot (BSHAP, 2009, p. 583-592), M. Gérard de la Fortelle (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) nous adresse une copie d’un portrait de Victor Forquenot de La Fortelle (1817-1885) et son blason, parus dans La Vie du Rail, n° 897, en date du 19 mai 1963. Ce document lui a été transmis par M. Jean-Marc Combe, conservateur de la Cité du train – Association du musée français du Chemin de fer, 2, rue de Glehn, 68200 Mulhouse, tél. 03 89 42 83 33.
TOP