Notre collègue Annie Jarry demande de l'aide pour une lecture complète d'un testament de 1692 : "Il s'agit du testament d'une personne l'ayant rédigé dans notre maison à la Font de l'Auche qui à l'époque était celle de son gendre, Monsieur de Montozon. Malgré nos efforts de déchiffrage, il existe de nombreux manques , l'esprit général a été perçu, mais la justesse des détails nous échappe. Merci pour toutes les aides possibles."

Les photos de cet acte sont visibles ici.

Merci de communiquer les réponses au secrétariat qui transmettra.

 

- M. Jean-Marie Védrenne Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. se souvient que « à la fi n de la deuxième guerre mondiale, le jour de la libération de Bergerac, un homme était monté au clocher [de l’église Notre-Dame de Bergerac] et, ayant accédé à l’extérieur, avait attaché à la croix le drapeau bleu-blanc-rouge. Ce drapeau y a fl otté pendant plusieurs années. Au bout de quelques années, il ne restait que la hampe, qui devait être conséquente. Vers les années 80, une des fixations a disparu et l’on pouvait voir la hampe en position oblique. Puis elle a disparu. » M. Védrenne recherche des détails sur cet épisode et il demande s’il a été trouvé trace des fi xations de ce drapeau au cours des travaux de restauration du clocher. Le clocher de la cathédrale Saint-Front de Périgueux fut décoré de même.

- Benoît Delvinquier, Fabienne Fischer, Rose-May Cuer et Evelyne Henriot (Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie, BP 63, 98845 Nouméa Cedex ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) préparent un ouvrage sur un épisode de colonisation de l’île. Il concerne des familles de Montpon-Ménestérol ou des environs. « Le 1er octobre 1890, treize familles du canton de Montpon-Ménestérol représentant 53 personnes (familles André père et fi ls, Aguesseau, Allégret, Béziard, Boulanzou, Bory, Cook, Mathieu, Péguin, Roux, Siret et Seguin) sous la direction d’un idéaliste doux rêveur, Auguste Cook, directeur des papeteries des Moulineaux, embarquaient à Marseille à bord du navire des Messageries maritimes, le Yarra, à destination de la Nouvelle-Calédonie. [Malgré] une installation en grande pompe à Cookville, [dès le] deuxième semestre de 1891, les abandons se succédèrent. La méconnaissance de l’agriculture tropicale, les terrains en partie marécageux et infestés de moustiques, la région sujette à de longues périodes de sécheresse, le bétail errant qui dévastait les plantations et les nuées de sauterelles avaient éteint l’enthousiasme du début. En 1892, il ne restait sur le site que cinq familles : Allégret, Béziard, Mathieu, Péguin et Siret. Les autres s’étaient installées à Nouméa (Aguesseau, André, Boulanzou), voire avaient quitté la Nouvelle-Calédonie, tout au moins temporairement (Seguin). Seules les familles d’Auguste Cook, de Pierre Roux, les André et la famille Bory quittèrent défi nitivement la Nouvelle-Calédonie pour rentrer sans doute en Dordogne. » Les auteurs recherchent « des descendants des familles suivantes : André, Bory et Roux pour obtenir d’elles des témoignages, voire des photos de ces pionniers ». B. Delvinquier ajoute qu’il ne possède aucun renseignement sur l’origine de la famille Bory. Il sait seulement que le père était imprimeur et qu’il était parti avec sa femme et un enfant. La chronologie des évènements, telle qu’elle a été reconstituée par les auteurs, est déposée à la bibliothèque. Ce dossier fera l’objet d’un article dans notre Bulletin.

- Sophie Miquel (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) indique qu’un inventaire des herbiers anciens est en cours en Aquitaine. C’est une riche source de documentation pour étudier l’évolution du patrimoine naturel. S. Miquel recherche les herbiers anciens de tous types, du cahier d’écolier à la collection.

- M. Jean-Pierre Gouaud et M. Maurice Biret , au nom d’un groupe de normaliens de Périgueux, sont à la recherche du monument aux morts de l’ancienne école normale de Périgueux. OEuvre du sculpteur périgordin, Adolphe Rivet, hommage de l’Enseignement Primaire à ses morts (1914-1918), il avait été inauguré en juin 1921 (fi g. 3 : photographie d’une carte postale éditée peu après l’inauguration). Il s’élevait entre les platanes, face à l’entrée. Il était toujours bien en place en 1958. Ce monument semble avoir disparu lors de la démolition de l’ancienne école normale, pour faire place au collège Saint- Georges, aujourd’hui collège Michel-de- Montaigne (dossier complet déposé à la bibliothèque).
- M. Claude Labussière signale « dans un cluzeau aérien de la falaise du site troglodytique public de Brantôme une « citerne » creusée, d’au moins 2 m3, présentant des nervures, peut-être pour une fermeture, et, au fond de celle-ci, des débris de tuiles plates provenant peut-être du couvercle. Cette citerne ne ressemble pas à une réserve d’eau ni à un silo ». Quelqu’un saurait-il lui répondre ?
- Mme Lisa Giraud-Taylor (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), à la suite de la parution de son livre en 2008 et dans le cadre de sa recherche sur la famille de Massacré à Saint-Martial-Viveyrol, recherche les documents suivants :
1 – l’acte de mariage de Anthoyne de Massacré et de Claude de la Clautre (entre 1661 et 1670, plus près de 1670) ;
2 – le contrat de mariage de Anthoyne de Massacré et de Claude de la Clautre ;
3 – le testament de Anthoyne de Massacré (avant le 11 avril 1690).
- M. Patrick Petot (bibliothèque de la SHAP, 18, rue du Plantier, 24000 Périgueux) cherche des informations sur Louise-Léa Dumas, dite Églantine de Valrose (1869-1955), poétesse, inhumée à Bergerac, qui publia des oeuvres de Jacques Le Lorrain au cours des années 1920-1940.
- Mme Martine Larigauderie (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), à propos de Notre- Dame de Badeix, recherche tout document concernant les relations de la celle grandmontaine de Badeix avec le vicomte de Limoges et avec la famille de Magnac, à Briaudet [ou Briaulet, commune de Saint-Estèphe selon de Gourgues], à Saint-Estèphe ou à Saint-Estienne-Le-Droux.
- M. J.-P. Bonnet (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) « cherche les traces d’un phénomène naturel, de remontée d’hydrocarbure pour expliquer un phénomène décrit par Pierre Barrière dans L’Académie de Bordeaux, centre de culture internationale au XVIIIe siècle (1951) : « En 1737, Cardoze rend compte d’une vase infl ammable près de Trémolat et, en 1755, M. l’abbé Peix fait une lecture sur un lac qui s’est nouvellement formé près de Périgueux et dont les eaux s’enfl amment à l’approche d’une torche allumée. » Il a trouvé aussi mention « d’un ruisseau infl ammable et brûlant à Trémolac (sic) près de Bergerac ». Le Dr Gilles Delluc indique que cela peut correspondre à des bulles de méthane facilement infl ammables, comme il est assez fréquent dans certaines eaux stagnantes.
- M. André Boisbelet (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) cherche les dates de naissance et de décès de Jean Brun ou Le Brun, célèbre apothicaire à Bergerac au XVIIe siècle.
TOP